Industrie

Les Amérindiens ont été les premiers à déguster les bleuets sauvages. Ils étaient consommés frais en été et séchés pour une utilisation en automne et en hiver. Souvent, les bleuets sauvages étaient utilisés dans les pains, les gâteaux, les ragoûts, les thés et les plats à base de viande.

En 1615, Champlain a observé des Amérindiens ramasser des bleuets sauvages pour fabriquer un plat appelé Sautauthig. Les autochtones séchaient les bleuets sauvages et les battaient en poudre avant de les ajouter à la viande desséchée. Les explorateurs, Lewis et Clark, lors de leur voyage dans les Territoires du Nord-Ouest, ont vu des Autochtones faire sécher des bleuets sauvages dans des soupes et des ragoûts. Un plat qu\\\’ils préparaient était la venaison guérie en pilant les bleuets dans la viande et la fumant en la séchant. De plus, les bleuets sauvages ont été utilisés dans les cérémonies spirituelles des peuples autochtones. Les indigènes malécites les appréciaient, car on pensait qu\\\’ils apportaient de l\\\’endurance, car ils étaient la nourriture de l\\\’ours. D\\\’autres groupes croyaient que le bleuet sauvage, avec la couronne en forme d\\\’étoile, avait été envoyé par le Créateur pour nourrir leurs enfants en période de pénurie alimentaire.

Les premiers colons européens appréciaient ces baies car elles ressemblaient aux types de baies qui poussaient dans leur pays d\\\’origine. Les Écossais les associaient avec les blaeberry, les irlandais avec les whortleberries, les danois avec les billberries, les suédois avec le blabar et les allemands avec les bickberren et les blauberren. Les Amérindiens du Nord leur ont appris à les préparer dans divers plats du Nouveau Monde.

Bien que les bleuets sauvages aient été récoltés et vendus au Nouveau-Brunswick depuis des générations, l\\\’industrie moderne du bleuet a vu le jour à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Aujourd\\\’hui, l\\\’industrie du bleuet sauvage au Nouveau-Brunswick peut compter sur une technologie de pointe et de pratiques de gestion élaborées qui assurent un fruit de haute qualité et une production de plusieurs dizaine de millions de livres par année.

Plus de 95% des bleuets sauvages du Nouveau-Brunswick sont vendus aux transformateurs qui nettoient, trient et classent les baies pour les congeler. La congélation rapide individuelle (IQF) préserve la valeur nutritive et le bon goût des baies et les rend faciles à verser à partir du contenant.

Les bleuets sauvages sont vendus dans le monde entier dans plus de trente (30) pays. Parmi les marchés clés on note ; les États-Unis, le Japon, l\\\’Allemagne, le Royaume-Uni et la France. La Chine est considéré comme un marché émergent avec un potentiel équivalent à celui des États-Unis voire même davantage.

Le reste de la production de bleuets sauvages est traité dans des installations de transformation à la ferme. Ces baies sont transformées en une abondance de produits innovants et savoureux qui incluent des vinaigrettes, des chutneys, des relish et des sauces de dessert aussi bien que des favoris traditionnels comme des tartes, des confitures et des gelées. Il y a même des vins et des liqueurs de bleuets produits au Nouveau-Brunswick.

Bleuets sauvages-Production 2012-2017

Production

En choisissant des terres pour cultiver des bleuets sauvages, les producteurs doivent tenir compte d\’un certain nombre de facteurs. Il doit y avoir une bonne base naturelle de bleuets sauvages, car ils ne sont pas plantés, seulement gérés et encouragés à se développer. La plupart des techniques de gestion nécessaires à la culture des bleuets sauvages impliquent l\’utilisation de machines et d\’équipements sur le terrain. Il est important que le terrain soit raisonnablement plat et exempt de roches. Pour cette raison, les terres autrefois cultivées sont très bonnes pour la production de bleuets sauvages.

Des forêts et des zones de broussailles peuvent également être aménagées pour faire pousser des bleuets sauvages. Pour préparer ce type de terre à la production, il faut enlever les arbres, les souches et les roches. Les routes d\’accès doivent être construites et les mauvaises herbes doivent être contrôlées. Cela peut prendre jusqu\’à 10 ans avant que le producteur reçoive peu, voire aucun revenu. Une fois la phase initiale de développement achevée, le champ développé est généralement placé sur un cycle continu de deux ans d’une année végétative suivi d’une campagne agricole. Il est courant de diviser les champs de telle sorte que la moitié de la superficie totale soit récoltée chaque année.

L\’élagage du bleuet sauvage est très important. Il encourage une croissance forte et saine. L\’élagage consiste à tondre ou à brûler les champs au début du printemps ou à l\’automne. Cela se fait tous les deux ans. Un producteur brûlerait son champ au printemps. Cet été-là, de nouvelles tiges pousseront des feuilles, mais aucune baie ne se développera. À la fin de l\’été et au début de l\’automne, les bourgeons floraux et floraux se développent. Les plantes deviennent dormantes à la fin de l\’automne. Au printemps suivant, les bourgeons s\’ouvrent et des fleurs et des feuilles émergent. Les fleurs sont en pleine floraison à la fin de mai ou au début de juin. Les baies se développent au cours de l\’été. Les champs de bleuets sauvages sont parfois fertilisés avec de l\’azote, du phosphore, du potassium, du bore, du magnésium, de la chaux et d\’autres nutriments. Ces nutriments aident les plantes à avoir une meilleure croissance et à produire plus de baies. Le nivellement des champs de bleuets sauvages permet aux machines comme les récolteuses mécaniques de travailler sur le terrain. Les pelles sont utilisées pour enlever le sol des buttes et se soulever, avec le moins de perturbations possibles pour les plantes. Cela se fait souvent dans les champs qui étaient auparavant boisés. Les champs qui étaient auparavant des terres agricoles sont généralement plats et déjà accessibles par des machines.

Pollinisation

Les bleuets sauvages fleurissent fin mai ou début juin. Pour que ces plantes produisent des bleuets, les fleurs doivent être pollinisées. La pollinisation est le transfert du pollen des étamines (parties mâles) au stigmate, la pointe collante du pistil (partie femelle) de la fleur. Bien que le processus de pollinisation soit très bref, il est très important dans la production de bleuets sauvages. Si les fleurs ne sont pas pollinisées, il n\’y aura pas de fruits. La pollinisation des bleuets sauvages est effectuée par des insectes qui transportent le pollen de fleur en fleur en recueillant du pollen et du nectar pour se nourrir. Les abeilles sont les insectes les plus importants pour la myrtille sauvage, car elles sont efficaces et peuvent polliniser de nombreuses fleurs par jour. Il y a des abeilles sauvages, comme le bourdon, qui effectuent ce travail, mais les producteurs de bleuets sauvages louent des ruches d\’abeilles gérées pour assurer un haut niveau de pollinisation. Les abeilles mellifères et les abeilles coupeuses de luzerne sont les types d\’abeilles gérées les plus couramment utilisés dans les champs de bleuets sauvages. Les abeilles mellifères étaient originaires de régions d\’Europe du Nord et d\’Afrique australe. Ils ont été les principaux pollinisateurs des bleuets sauvages dans le passé. Ils ont une hiérarchie sociale distincte qui comprend les reines, les travailleurs et les drones.

Les ouvriers sont les abeilles qui recueillent le nectar. Les colonies continuent d\’une année à l\’autre et certaines colonies vivent à l\’état sauvage, mais la plupart vivent dans des ruches fabriquées par l\’homme. Les abeilles mellifères peuvent produire de grandes quantités de miel, contrairement aux bourdons, et fabriquent également de la cire d\’abeille qui peut être vendue et procurer un revenu aux apiculteurs. 18 Les abeilles coupeuses de feuilles de luzerne constituent une introduction relativement nouvelle à l\’industrie des bleuets sauvages. Ces abeilles ont été amenées de l\’ouest du Canada où elles sont utilisées pour la pollinisation de la luzerne. Ces abeilles sont bénéfiques à utiliser dans les bleuetières sauvages car elles restent près des ruches et ramassent le pollen et le nectar presque uniquement à partir des fleurs de bleuets sauvages. Les abeilles coupeuses de feuilles de luzerne sont des abeilles solitaires qui creusent des tunnels et toléreront de vivre près les unes des autres dans des abris artificiels. Les femelles choisissent des tunnels dans les abris qui sont faits en forant des trous dans du bois ou un autre matériau dans lequel pondre leurs œufs. Ils coupent des feuilles et forment des cocons garnis de pollen et de nectar pour nourrir les jeunes. Les bourdons sont des abeilles sauvages qui vivent dans des groupes sociaux et nichent dans d\’anciens tunnels de rongeurs et sous des mottes de végétation morte. La reine est relativement grande et émerge au printemps pour trouver un endroit approprié pour nicher. La reine se nourrit et prend soin de ses jeunes travailleurs jusqu\’à ce qu\’ils soient en âge de chercher de la nourriture pour la colonie. Ils ont de gros sacs sur leurs pattes arrière dans lesquels ils transportent du pollen, appelé paniers de pollen. En automne, la reine donne naissance à de nouvelles reines et à des abeilles mâles appelées drones. Les nouvelles reines et drones vont s\’accoupler et la vieille reine va mourir. Les nouvelles reines survivent à l\’hiver et créent de nouvelles colonies l\’année suivante.

Récolte

La récolte commence tôt ou à la mi-août, quand environ 90% des baies sont mûres. La saison dure environ trois ou quatre semaines et est probablement la période la plus occupée de l\’année pour les producteurs. À mesure que les baies mûrissent, elles restent sur la plante jusqu\’à ce que la plupart des baies soient mûres. Les baies sont cueillies à l\’aide de râteaux à main ou de moissonneuses mécaniques. En 1883, le râteau à la main du bleuet sauvage a été développé dans le Maine. Le râteau est positionné de manière à ce que les dents soient parallèles au sol et que le râteau puisse être passé à travers les plants de bleuets sauvages. Lorsque le râteau est déplacé à travers les tiges de bleuets sauvages, il doit être renversé de sorte que les baies tombent à l’arrière du râteau et puissent être vidées dans des seaux. Des problèmes surviennent parfois lorsque les champs sont envahis par de nombreuses mauvaises herbes. Jusqu\’en 1984, toute la récolte de bleuets sauvages était récoltée à la main. Aujourd\’hui, les équipes de personnes sont encore habituées à ramasser des champs de bleuets sauvages. Le champ est divisé en lignes à l\’aide d\’une chaîne afin que chaque personne ait sa propre ligne à ramasser. Les rakers remplissent des seaux en plastique et les apportent au chef d\’équipe qui enregistre la quantité récoltée par jour. Les rakers sont payés en fonction du volume ou de la masse de baies récoltés. Dans les années 1940, des efforts ont été déployés pour développer des moissonneuses mécaniques et, au cours des trois décennies suivantes, plusieurs prototypes ont été développés. En 1984, les premières récolteuses montées sur tracteur ont été utilisées. Les moissonneuses-batteuses disposent de larges râteaux sur des tambours qui tournent et sont attachés à des tracteurs. Les bleuets sauvages remontent une bande transporteuse du râteau sur une plate-forme derrière le tracteur où les travailleurs les vident dans des caisses. Plus de 60% de la récolte est récoltée mécaniquement et le reste est récolté à la main. Les récolteuses mécaniques sont réservées aux zones où la terre est raisonnablement plane et exempte de roches, tandis que les terrains accidentés et les zones rocheuses sont laissés à la main.

La récolte de bleuets sauvages se poursuit pendant deux ans avant la récolte. Les effets des ravageurs, des maladies, de la sécheresse, du gel et des hivers rigoureux peuvent avoir des effets plus durables que ceux des récoltes annuelles. Par conséquent, un faible revenu agricole provenant d\’une récolte médiocre peut affecter les producteurs de bleuets sauvages pendant de plus longues périodes que les autres agriculteurs. Habituellement, les terres de bleuets sauvages sont divisées de telle sorte que la moitié de leurs terres sont récoltées chaque année.